ANNONCE

jeudi 24 novembre 2016

Soutiens et ralliements.



A la primaire de la droite, restent en lice pour le second tour, François FILLON, grand et inattendu favori, et Alain JUPPE, ex-favori.
Les autres compétiteurs du premier tour, ainsi que leurs supporteurs, manifestent désormais leur préférence pour l’un ou l’autre des candidats.
Les décisions furent rapides, vue l’avance de François FILLON ; seule Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET et Jean François COPE se sont ralliés à Alain JUPPE, car ils ne pouvaient vraiment pas se ranger derrière François FILLON.
Tous les autres (ou presque) se sont empressés de se ranger derrière lui, certains en tant que soutiens (donc en mesure et avec l’envie d’intervenir en sa faveur, de lui fournir moyens, services), d’autres uniquement en tant que ralliés car il serait malvenu de ne pas soutenir le candidat le plus susceptible de l’emporter.
Si nous deux compétiteur s’étaient retrouvés dans un mouchoir de poche, les choix auraient été bien plus délicats, et nombreux seraient celles et ceux qui auraient misé sur le « mauvais » cheval. Là, ils seront presque tous, sauf énorme surprise, dans l’écurie du vainqueur.
A lui, par contre, de distinguer ceux qui se sont rangés derrière lui par goût et envie, même si au premier tour ils soutenaient un autre candidat, de ceux qui se sont ralliés à lui par pur opportunisme pour préserver leur avenir.
François FILLON, entre autres qualités, est doté d’une dose de sagesse, de clairvoyance, qui lui permettront, de même que son expérience de la politique et des relations humaines, de distinguer assez facilement les uns et les autres, et il saura en tenir compte.
Il n’a pas la roublardise d’un François MITTERRAND, et a bien plus de principes et de scrupules qu’un Nicolas SARKOZY et saura s’entourer des meilleurs pour lui et son projet.