ANNONCE

lundi 21 novembre 2016

Le personnel politique français est largement irresponsable !

7 février 2016



La quasi-totalité du personnel politique français est totalement irresponsable.
Notre pays est devenu triste et morose, les inégalités s’accroissent, les gens sont de moins en moins rassurés : peur du chômage, peur de la délinquance, peur des attentats, peur de la vieillesse, de la maladie, de la dépendance…
Et nos politiques, que font-ils pendant ce temps ?
De la masturbation intellectuelle sur la déchéance de nationalité, mesure pratiquement inapplicable si elle était votée, non pas du fait de sa complexité, mais parce qu’il n’y aurait pas de « candidats » à cette condamnation. D’une part, et fort heureusement, les terroristes étant passés à l’acte ne sont pas légion, ceux ayant semé la mort et étant capturés vivants seront encore bien moins nombreux, et encore faudra-t-il pour être déchus de la nationalité française, la posséder en plus d’une autre !
Si par extraordinaire elle devait être prononcée à l’encontre d’un terroriste, celui-ci n’en aurait cure, puisque son objectif initial aurait été de détruire ce que représente notre pays et son art de vivre.

Combien de temps passé à débattre de cette déchéance de nationalité que chaque camp envisage différemment ? Combien d’argent aura été dépensé dans ces controverses stériles, denrées rares (je pense au temps et à l’argent) qui auraient pu être utilisées à meilleur escient dans la lutte contre le chômage, notamment des jeunes, véritable cancer de notre société, qui est à l’origine de nombre des problèmes qui gangrènent notre vie de tous les jours.
Je ne veux pas ajouter à la polémique en disant tout le mal que je pense de la déchéance de nationalité, je voudrais juste que le Président de la République prenne la parole et dise, simplement, que la controverses est finie, le projet abandonné. Il sera attaqué de toutes part, c’est sûr, mais il le sera de toutes façons, au moment où le projet échouera, que ce soit avant le Congrès ou après.

Que, le premier, il prenne ses responsabilités et que tous les autres, pour une fois sans langue de bois, reconnaissent que, oui, ce projet de déchéance de nationalité était mort-né, et se félicitent de son abandon.
Alors je ferai à nouveau un peu plus confiance à notre personnel politique.