ANNONCE

lundi 21 novembre 2016

La marche est lancée.



Emmanuel MACRON vient d’officialiser sa candidature à l’élection présidentielle de 2017.
Le chemin pour voir son nom imprimé sur les bureaux de vote sera long et semé d’embûches, le combat, par ailleurs, pour franchir en vainqueur les portes de l’Elysée sera rude.
Les candidats aux primaires de droite et de gauche, ainsi que les candidats déjà déclarés à ce scrutin n’ont cessé, aujourd’hui, de critiquer Emmanuel MACRON : il n’a pas assez d’expérience, il a trahi son camp et le chef de l’Etat, il n’a pas de parti derrière lui, il n’a pas de programmes, ce qu’il a fait au côté de François HOLLANDE ne mérite pas qu’il prenne sa suite, etc…

Tout cela est plus ou moins vrai, mais mérite discussion.
Ce qui est certain par contre, c’est qu’Emmanuel MACRON entre dans cette élection de façon tout-à-fait gaullienne : un homme face au peuple.
Se proclamant ni de droite ni de gauche, il se donne une stature d’homme nouveau, qui attirera des voix de droite, de gauche et du centre. Les électeurs auront peut-être envie de « l’essayer », au détriment d’un Alain JUPPE et, aussi, d’une Marine LE PEN qu’il sera tout à fait en mesure de battre s’il est opposé à elle au second tour.

Emmanuel MACRON n’a pas eu une bonne politique aux côtes de François HOLLANDE, certes, mais il n’était pas le décideur.
Emmanuel MACRON est trop jeune et manque d’expérience, mais cet argument devient un atout quand on considère ce que font de bien pour le pays ceux qui sont plus âgés et ont davantage d’expérience.
Emmanuel MACRON a trahi son camp et Hollande : le vie politique est truffée de ce genre de trahisons…

Et surtout, n’oublions pas que les électeurs ont envie de changement…