ANNONCE

mercredi 4 décembre 2013

Loi sur la prostitution, ou comment se donner bonne conscience.

Pour des raisons de simplification, je ne parlerai que de prostituées au féminin, sachant tout de même qu’environ 15 % des travailleurs du sexe sont des hommes, que leur clientèle soit masculine ou féminine. Les députés ont voté le projet de loi sur la prostitution, dont les trois mesures phares sont d’une part l’amende de 1 500 €uros pour le client (3 750 € en cas de récidive), la suppression du délit de racolage et la création d’aides pour sortir de la prostitution, notamment une autorisation provisoire de séjour de 6 mois pour les prostituées étrangères qui décideraient de sortir de ce milieu. La suppression du délit de racolage est une bonne chose. L’autorisation provisoire de séjour risque d’être détournée par de « fausses » prostituées, des immigrées clandestines pourraient se déclarer prostituées et vouloir s’en sortir, uniquement pour obtenir cette autorisation de séjour. La pénalisation des clients est une mesure inutile et contre productive. En effet, elle ne mettra aucunement fin à la prostitution. Tout au plus aura-t-elle un effet dissuasif sur la prostitution de rue, qui se déplacera sous des portes cochères ou dans des impasses ou terrains vagues, au pire des cas, dans des appartements par le biais d’annonces sur internet via des smartphones ou autres systèmes, dans le meilleur des cas. Malgré ce qui est dit publiquement et par de multiples voix, toutes les prostituées ne sont pas exploitées par des souteneurs ou autres truands, et certaines font ce métier par choix, par libre choix, notamment parce que le revenu peut être conséquent et qu’une certaine liberté existe quant aux horaires, à la charge de travail, etc… Pourquoi nuire au travail de ces personnes ? Et pourquoi néglige-t-on le côté positif de la prostitution, du point de vue du client ? Certains hommes (essentiellement) vivent dans une quasi misère sexuelle, et le recours a une prostituée est leur seul exécutoire. Dans combien de couples où le côté sexuel est sinistré, l’union tient-elle encore parce que l’homme va assouvir ses pulsions avec une prostituée ? Des personnes handicapées, face à la non-reconnaissance des assistants sexuels n’ont que la prostitution pour recours. A-t-on envisagé combien de personnes, privées du recours à la prostitution, risquent d’agresser sexuellement des femmes, des jeunes, des enfants, mues par des pulsions devenues incontrôlables ? C’est vrai, dans la majorité des cas certainement, la prostitution n’est pas choisie. Dans beaucoup de cas aussi, elle est de l’exploitation, voire de l’abattage. La solution aurait été une légalisation de la prostitution, avec un développement d’un arsenal répressif sévère contre les souteneurs et autres trafiquants de femmes ou d’hommes. Au lieu de lutter sérieusement contre ces exploiteurs, on préfère voter une loi (difficilement applicable selon la police), qui va ôter de la vue de nos élus les prostituées du coin de la rue, mais qui ne va résoudre aucun problème.