ANNONCE

jeudi 4 octobre 2012

Hollandien plutôt que Hollandais.

Alors que les soutiens de Martine AUBRY sont appelés aubryistes, ceux qui restent de DSK strausskhaniens, les fidèles du Président de la République sont connus sous le nom de Hollandais.


Or, pour tout francophone, un Hollandais est un résident des Pays Bas ; or, je doute que notre dirigeant ait beaucoup d’admirateurs bataves, en tous cas il est sûr que ses soutiens résident majoritairement en France.

C’était facile de les baptiser hollandais, mais ce terme devrait être remplacé par hollandien, ce qui ne déplairait certainement pas au premier intéressé qui se rappelle certainement que les amis de son prédécesseur corrézien étaient des chiraquiens et non des chiraquais.

Le discours politique en serait éclairci, et les politologues auraient bien moins de mal à cerner l’importance de ses supporters.

Malheureusement pour notre Président, le nombre de ses « followers » baisserait dramatiquement, puisqu’il chuterait de près de 17 000 000 de personnes, qui sont les résidents des Pays-Bas, que l’on appelle, un peu injustement d’ailleurs, la Hollande.

La sphère politique de François HOLLANDE serait de ce fait la Hollandie, peuplée de Hollandiennes et Hollandiens, qui sont des citoyens un peu de gauche, un peu du centre, qui rêvent d’une France un peu meilleure et sont obligés, pour y arriver, d’emprunter parfois des voies tracées par sarkozistes de droite mais, en Hollandie comme en Italie (peuplée d’Italiennes et d’Italiens), ne dit-on pas que tous les chemins mènent à Rome ?