ANNONCE

mercredi 2 novembre 2011

Oui à l’initiative de Georges PAPANDREOU. Oui à l’€uro !

Mais que nos politiques arrêtent de nous traiter comme des ignares, enchaînant des sommets de la dernière chance qui sauvent l’Europe de la catastrophe, mais sont contredits trois jours après, prônant des mesures irréalistes ou inapplicables, fustigeant des propositions des uns ou des autres et les adoptant la semaine d’après…..
Oui Georges PAPANDREOU a raison de vouloir consulter son peuple à la veille de lui imposer des mesures drastiques. Que ne nous impose-t-on pas, à nous Français, comme à nos autres compatriotes européens, sans nous demander notre avis, sans même nous consulter ?
Oui à l’€uro et à la zone Euro, car cette monnaie commune nous a tout de même bien simplifié la vie, nous a permis de traverser bien des tempêtes qui auraient, s’il avait encore existé, bien malmené notre Franc du siècle dernier.
Et qu’on cesse de nous prédire le pire et de donner sans cesse du grain à moudre aux spéculateurs qui s’en donnent à cœur joie ! Si les Grecs rejettent le plan européen, ne reçoivent plus d’aide et finissent par sortir de la zone €uro, ce sera certes un échec, une déception, mais tout le monde, et surtout la zone €uro, s’en relèvera.
L’erreur qui a été commise, et de surcroît plusieurs fois, c’est d’avoir intégré dans la zone €uro de trop nombreux pays qui n’étaient pas prêts pour y entrer, et, ainsi, il y a eu trop d’écart entre les différents membres. Cette intégration faisait plaisir à l’impétrant, et donnait de la surface (mais malheureusement pas de la puissance) supplémentaire à la zone €uro.

Il y a par ailleurs un problème de gouvernance dans cette Union, où les petits pays comptent autant que les plus grands, où chaque membre veut récupérer plus qu’il ne met sur la table, où chaque dirigeant, faute de responsables vraiment européanistes, ne pense qu’à favoriser son pays au détriment des autres, à mettre en place des institutions ou dirigeants fades et sans saveur pour qu’ils ne prennent pas trop d’importance.