ANNONCE

samedi 12 février 2011

Qui après Ben Ali et Moubarak ?



Les dirigeants tunisien et égyptien ont été chassés par leur peuple, et il est probable que cette vague de liberté qui déferle sur l’Afrique du Nord ne s’arrêtera pas en si bon chemin. Personne, et les gouvernants français moins que tout autre, ne se hasardera à émettre des pronostics sur le prochain pays à prendre un coup de fraîcheur.
L’Algérie est certainement le pays qui se rapproche le plus des deux précédents, bien que la situation y soit totalement différente, mais la Jordanie et le Maroc pourraient aussi être candidats à cette émancipation. Les Libyens, qui auraient bien besoin de liberté et de démocratie semblent malheureusement trop prisonniers de leur pouvoir.


En tant que Français, il est de notre devoir de soutenir les désirs de renouveau et de liberté de nos voisins algériens.

Il faudra également analyser les véritables fondements de ces révolutions, et voir si elles restent circonscrites à l’Afrique du Nord, pour des raisons liées à leurs populations, leurs gouvernants, le bassin méditerranéen et la proximité de l’Europe. Si par contre on assiste à un réveil de la jeunesse musulmane, il n’y a pas de raison objective que ces mouvements ne touchent des pays musulmans hors d’Afrique, et là de grandes incertitudes surgiraient….

Imagine-t-on pareils bouleversements en Indonésie, au Pakistan ?

Il ne faut pas non plus oublier d’autres contrées où l’absence de liberté et le chômage, la corruption, les inégalités, les injustices règnent : Chine, Russie, Cuba, pour ne citer que les plus emblématiques.

Nos gouvernants devraient évoquer plus largement ces problèmes avec leurs homologues dirigeant ces pays, quitte à les froisser un peu, et nous devons encourager tout mouvement de ces peuples pour conquérir plus de liberté.