ANNONCE

mercredi 16 février 2011

Ce qui n’est pas illégal n’est pas forcément moral.

L’affaire WOERTH, quelle que soit son issue finale, aura pollué l’activité du précédent gouvernement Fillon.
L’affaire ALLIOT MARIE prend largement le relais, et pollue l’activité du gouvernement actuel, écorne largement l’image de la France à l’international et donne, une fois de plus, alors que ce n’était pas nécessaire du tout, une impression de pourriture dans la politique française.

Michelle ALLIOT MARIE et ses parents n’ont peut être rien fait d’illégal.
Mais le comportement de la ministre, ses secrets, ses cachoteries, ses non-dits puis ses mensonges, même par omission, sont moralement réprouvables.


Eu égard au portefeuille qu’elle occupe, elle a de plus fait preuve de fautes professionnelles par ses appréciations des crises tunisienne et égyptienne.
Dans une entreprise, elle ferait l’objet d’une procédure de licenciement. Dans nombre d’autre pays que la France, elle aurait déjà dû rendre son portefeuille.
Elle le fera, elle partira. Après les cantonales, peut-être ?

Si notre Président était un peu moins sarkozyste, il lui aurait déjà demandé sa démission. Mais il est tellement imbu de sa personne, sûr de lui et dominateur, persuadé qu’il a toujours raison et qu’il ne peut faire d’erreur qu’il parie sur le fait que les Français oublieront.
Mais les Français n’oublieront pas.
Comme ils n’oublient pas tout ce qu’on leur demande de faire alors que l’image donnée par le pouvoir est à l’opposé de tout cela.

Question subsidiaire : qui réussira à nous faire croire que les transactions des parents de la ministre ont été faites sans qu’elle en soit informée alors que, selon toute vraisemblance, elle devrait en hériter d’ici quelques années ?