ANNONCE

mardi 1 décembre 2009

Pas responsables mais coupables.

Toutes les six secondes, un enfant meurt de faim dans le monde. Bien que nous n’en soyons pas responsables, nous sommes tous coupables, mais en premier lieu nos dirigeants, qui se sont réunis à maintes reprises dans le cadre de la crise financière pour mettre sur la table des milliards introuvables quand il s’agit de lutter contre la pauvreté, qui se déplacent en nombre à Copenhague pour annoncer des décisions en matière écologiques, qui ne seront pas appliquées pour la plupart, et dans une échelle de temps telle qu’ils ne seront plus au pouvoir lorsqu’on pourrait éventuellement leur en faire le reproche.

Mais il est tellement plus simple de faire des promesses à longue échéance que de prendre des mesures immédiates pour lutter contre ces fléaux que sont la misère et la faim….

« Mais c’est vrai d’ailleurs, ils n’ont qu’à se prendre en charge un peu, ces sous-développés qui n’arrêtent pas de faire des enfants ! »
C’est oublier un peu vite que dans nos pays développés des disettes ont sévi il n’y a pas si longtemps, qu’à nos portes des gens ne mangent pas à leur faim. Peut-être faut-il commencer par là, donner un gîte, un couvert et du travail à tous ces gens qui peu à peu perdent leur dignité. Que veut dire le « trou dans la couche d’ozone » pour celui qui a le ventre vide et des trous dans ses vêtements ?