ANNONCE

mercredi 1 mars 2017

Qui aurait osé imaginer ce feuilleton présidentiel ?



Vraiment, quel auteur aurait osé, il y a quelques semaines, présenter un scénario semblable au spectacle que nous offrent nos hommes politiques ?
Personne non plus n’en connait la fin, visiblement, même si un duel Marine LE PEN contre Emmanuel MACRON se profile au second tour, mis la messe n’est pas dite…

En attendant, François FILLON, proche d’une mise en examen, renie maintenant les principes qu’il avait mis en avant. Que ferait-il de ses promesses électorales s’il était élu malgré tout ? Les froisserait-il comme ses principes et son engagement de renoncer s’il était mis en examen ?

L’un des arguments qu’il emploie pour se maintenir dans la course est le grand nombre de nos concitoyens qui lui ont apporté leur voix lors des primaires de la droite et du centre. Mais cet argument est totalement fallacieux, car si les électeurs aveint eu connaissance des emplois présumés fictifs de son épouse et de ses enfants, c’est Alain JUPPE qui mènerait la bataille de l’Elysée et non François FILLON.

Et que dire de Pierre LELLOUCHE qui demande le report de l’élection présidentielle ! Au nom de quoi ? Parce que dans une formation politique c’est le cirque, l’indécision, la débandade, il faudrait repousser une telle échéance !
La constitution prévoit un tel report, mais dans des conditions précises, dont ne fait pas partie la désignation hasardeuse d’un candidat par un parti.

Ce qui est certain, à ce jour,
·         c’est que l’aveugle obstination de François FILLON mène son parti, qui était en situation de l’emporter aisément, vers un échec certain.
·         que son discours à propos des juges et des journalistes n’est pas digne d’un homme d’Etat tel que nous le concevons.

Un homme qui, à ce point, maintient sa candidature, et ne se rend pas compte que, s’il était malgré tout élu, il serait un président nu, sans autorité, sans crédibilité, sans empathie, ne mérite vraiment pas d’être élu…

C’est tout simplement inouï.