ANNONCE

mardi 21 mars 2017

Bientôt il sera trop tard, et les Français seront ingouvernables.



Le ministre de l’Intérieur Bruno LE ROUX a démissionné après la divulgation de l’information selon laquelle il avait employé par le biais de plusieurs CDD ses deux filles en qualité d’attachées parlementaires, alors même qu’elles étaient, un temps, encore mineures, et qu’elles étaient accaparées, parfois, à d’autres obligations à temps plein.
De prime abord, on a envie de saluer sa réaction, une démission rapide, mais de toutes façons, à la suite de l’affaire Pénélope FILLON, il n’avait pas le choix.
Encore quelques affaires comme celle-ci, et les Français deviendront ingouvernables, et ils auront raison, car comment suivre ces dirigeants qui n’ont aucune conscience de la réalité, qui vivent sur leur nuage dans un climat d’amoralité totalement irréel.

Il faut absolument que les candidats à l’élection présidentielle qui sont encore crédibles s’engagent à réformer totalement ce système.
Que l’intégralité des sommes versées aux parlementaires soient fiscalisées.
Qu’un véritable statut de l’assistant parlementaire soit bâti, avec une grille de salaire qui tienne compte de leurs savoirs, compétences, expériences et ancienneté, et qu’ils soient choisis par le parlementaire mais salariés par l’assemblée, et qui intègre également la précarité de leur situation, soumise à la réélection du parlementaire auquel l’assistant est rattaché.
Il n’est pas juste d’interdire aux parlementaires de choisir des membres de leur famille, certains étant très compétents et assumant pleinement leur tâche, mais le fait qu’ils soient employés et rétribués par l’assemblée devrait éviter les dérives mises au jour ces dernières semaines.

Quant au non-cumul des mandats, qui va entrer en vigueur cette année, il est indispensable de l’amender par un critère de durée. Un parlementaire, un dirigeant de collectivité (président de région, de département, de communauté de commune, maire) ne devrait plus avoir le droit de faire plus de trois mandats pour toutes les collectivités comptant plus de 100 000 habitants.
Enfin, il devrait être interdit de se présenter à toute élection dont le mandat est supérieur à 3 ans à partir de l’âge de 65 ans.

Certainement aussi qu’il faudrait envisager une interdiction de se présenter à une élection pour toutes les personnes qui ont été condamnées pour certains motifs mettant en cause l’honnêteté et la droiture.

Nous Français voulons bien être dirigés par des femmes et des hommes politiques, consentir les efforts qu’ils nous demandent, mais à condition qu’ils soient dignes de notre confiance.