ANNONCE

samedi 29 juillet 2017

Momo des halles, de Philippe Hayat.



A priori pas forcément un livre de vacances, et pourtant…

Philippe HAYAT n’est pas d’abord écrivain, mais entrepreneur, et ce goût de l’entreprise transparait dans ce livre que l’on ne peut trop lâcher une fois qu’on en a commencé la lecture.
Momo est un jeune ado dont le père d’ascendance juive a été arrêté et la mère, d’origine étrangère, a disparu. Il est caché avec sa petite sœur d’une dizaine d’années. Ce livre relate leur vie cachée, leurs rencontres, mais aussi les aventures qui vont arriver à Momo, tout cela dans le cadre très particulier de l’occupation allemande à paris, où l’ennemi n’est pas toujours que celui que l’on croit…

Humour, amour, suspens, tensions, passions, alternent au long des pages de cette tranche de vie qui va d’août 1941 à décembre 1944, où l’on apprend des choses que l’on ne soupçonnait pas forcément sur cette période et le sort des juifs en France.






vendredi 23 juin 2017

Emplois fictifs et emplois détournés.



S’il s’avère que l’épouse et les enfants de François FILLON n’ont pas réellement produit un travail pour leur employeur parlementaire, il s’agit d’un emploi fictif.
S’il s’avère que des attachés parlementaires de députés au Parlement européen de l’UDF, du Modem ou du Front national ont travaillé pour leur parti plutôt que pour leur député, il s’agit d’emploi détourné.

La différence est importante, car dans le premier cas il y a eu rémunération déguisée du parlementaire et enrichissement personnel et non dans le second cas.
Second cas qui fut (et qui reste certainement) très répandu. Parfois de façon ostensible, parfois moins. En effet, nombre de parlementaires exercent en sus des responsabilités au sein de leur parti, et leurs attachés leur préparent des discours, notamment, tant pour le Parlement que pour le syndicat.

De nombreuses associations, même non politiques, profitent par ailleurs de situations analogues, comme les syndicats ou organisations professionnelles, dont les membres utilisent les services de leurs collaborateurs et autres secrétaires pour effectuer des tâches inhérentes à leur engagement associatif.

Il faut faire cette distinction, même si elle n’excuse pas ce travers.

Si tus ces faits sont avérés, François BAYROU et consorts sont dans l’illégalité ou l’immoralité, mais ils ne doivent pas être jugés à la même aune que François FILLON ;

Est-ce qu’il était nécessaire que Richard FERRAND, François BAYROU, Marielle de SARNEZ, Sylvie GOULARD quittent le gouvernement ?
Oui, mais pas parce qu’ils ont fauté, ce qui reste à prouver, mais parce que leur défense, et le charivari qu’occasionne leur situation auraient pu, sinon nuire, au moins gêner l’action gouvernementale.
Peuvent-ils pour autant, pour deux d’entre eux, briguer des postes de président de groupe parlementaire ? Oui, car à ce poste leur situation, jusqu’à une éventuelle mise en examen, est moins handicapante pour l’institution, et ils peuvent y être remplacés sans psychodrame.

Ne faudrait-il pas, pour siffler la fin de la récréation, voter une loi d’amnistie pour ces salaires détournés (et non pour les vrais fictifs), si l’on ne veut pas que de telles révélations empoisonnent la vie politique de notre pays dans les mois à venir, d’autant plus que, j’en suis persuadé, cette pratique a eu cours dans l’ensemble de l’échiquier politique.

mardi 30 mai 2017

La proximité du pouvoir serait-elle mortifère ?



Il y a quelques mois, tout le monde (ou presque) pensait que le vainqueur de la primaire de la droite et du centre serait le prochain président de la République.
François FILLON lui-même en était convaincu, et cette certitude a agi comme des œillères et l’a empêché de voir qu’il sombrait.
Marine LE PEN, forte de son score record au premier tour de la présidentielle, face à un Emmanuel MACRON novice et inexpérimenté, par ailleurs honni par la gauche et la droite, a complètement perdu pied pendant l’entre deux tours où, au lieu de s’affirmer, elle a démontré son incompétence et son incapacité à être présidente de la République.
Jean Luc MELENCHON, qui a fait une excellente campagne de premier tour, s’est laissé convaincre par les sondages qu’il serait au second tour. Ce n’a pas été le cas, et il ne l’a pas encore digéré, au point de lancer des invectives complotistes à l’encontre de la presse, des mairies qui ont radié des électeurs, de ses adversaires, etc…à tel point qu’il est en train de faire perdre à ses partisans une grande part de l’engouement en sa faveur qu’il avait su déclencher.

A croire qu’Emmanuel MACRON est un sorcier…
Il a su profiter de toutes les péripéties pour être élu président de la République.
Il est en voie de remporter les élections législatives autant grâce au vent nouveau que son élection a suscité que grâce aux faux pas de ses adversaires.

Espérons qu’il saura profiter, à défaut d’un état de grâce qui ne lui semble pas consenti, de cet alignement de planètes bénéfiques.