ANNONCE

jeudi 17 novembre 2016

Vies et libertés.

20 novembre 2015



La France est reconnue comme étant la patrie des droits de l’Homme et, à l’instar de nombreux autres peuples, nos aïeux se sont battus pour obtenir de droits et conquérir des libertés, souvent au prix de leur vie.
Les actes terroristes du vendredi 13 novembre ont coûté la vie à 130 innocents. Afin de lutter plus efficacement contre les terroristes l’état d’urgence a été décrété, et une loi a été votée, permettant à cet état d’urgence d’être prolongé de 3 mois.
Cet état d’urgence restreint quelque peu les libertés individuelles, renforce les contrôles d’identité, permet aux autorités judiciaires et de police de s’affranchir de certains contraintes de délais et d’autorisations, tout cela sous le contrôle des juges.
Je suis fier de sacrifier un peu de mes libertés en hommage aux disparus et pour faciliter la lutte contre ces fous sanguinaires, comme je suis fier d’avoir été, mardi donner mon sang.

Lors du vote de cette loi, adoptée par 551 députés, la députée socialiste Fanélie Carre-Conte s’est abstenue. Les socialistes Pouria Amirshahi, Barbara Romagnan et Gérard Sebaoun, et les écologistes Sergio Coronado, Noël Mamère et Isabelle Attard ont voté contre.

Ces personnages estiment-ils que la vie de leurs concitoyens ne vaut pas une légère aliénation de nos libertés pendant quelques mois ? Puissent leurs électeurs s’en souvenir lors d’un prochain scrutin…

J’ai essayé de comprendre leurs motivations, mais elles sont pour la plupart fallacieuses, et les résultats déjà patents des enquêtes en cours et des actions policières déjà menées dans le cadre de cet état d’urgence justifient totalement le recours à cette procédure d’exception.

Oui aux libertés, mais non à l’angélisme. On dit souvent que notre liberté s’arrête où commence celle de l’autre et, en l’occurrence, des terroristes ont abusé de la liberté qui leur était octroyée par notre pays, jusqu’à exterminer des innocents. Une révision de ces libertés s’impose donc, et l’état d’urgence devrait permettre un retour plus rapide à une situation plus saine.