ANNONCE

jeudi 17 novembre 2016

Paroles de Franck RIBOUD.

9 août 2015



Franck RIBOUD, qui a décidé de céder sa place de PDG de Danone à l’âge de 58 ans, déclarait, entre autres choses, dans une interview publiée dans Le Point du 9 juillet dernier :

« Nous vivons dans un monde de plus en plus financiarisé. Les résultats financiers doivent-ils être les seuls à dicter le comportement des entreprises ? Il faut gérer des équilibres entre les salariés, les élus, l’innovation… Nous ne travaillons pas que pour nos actionnaires. On ne m’a pas appris à fonctionner ainsi. »

« A chaque nouveau membre de notre comex, je donne une copie d’une partie (d’une lettre que m’avait remise mon père, Antoine RIBOUD) qui dit grosso modo : « Dans ta vie, tu rencontreras des gens très bien et des gens pas bien. Les gens bien, ça va, les gens pas bien tu identifies leurs défauts et tu les entoures pour exploiter leurs qualité, et les très mauvais tu t’en sépares tout de suite. » »

« 98 % du capital de Danone est flottant. On doit faire avec. Les consolidations actuelles dans notre industrie ne me plaisent pas. On voit arriver des investisseurs qui veulent des retours sur capitaux sous deux ans ou moins. Nous sommes plus long-termistes. »

A propos des jeunes Français qui vont travailler à l’étranger :
« Mais laissons les grandir ! A mon époque, c’était une épopée de partir de Lyon à Paris. Aujourd’hui, le terrain de jeu, c’est la planète. La richesse, c’est de se frotter à ce qui se fait ailleurs dans le monde. »

Enfin, sur le climat actuel en France :
« On oublie trop souvent qu’il y a de l’intelligence en France, des idées, des infrastructures… Les hommes politiques doivent réformer, les entrepreneurs gérer au mieux leur société. A chacun son métier. Que chacun pense à bien faire le sien »

Dommage qu’il ne soit pas plus écouté, notamment par les patrons et les politiques.