ANNONCE

lundi 21 novembre 2016

Il est urgent d’arrêter les frais !

10 février 2016



Le site Médiapart donne quelques détails sur le coût de nos ex, je veux parler des anciens présidents de la République et premiers ministres. Ainsi Valéry GISCARD D’ESTAING bénéficie de 2,5 millions d’€uros annuels (bureaux, abonnements à des journaux, voiture, personnel, frais de téléphone, de secrétariat, etc…), Nicolas SARKOZY coûte 2,2 millions d’€uros, et Jacques CHIRAC 1,5 millions (seulement).
Les anciens premiers ministres bénéficient quant à eux d’une voiture avec chauffeur.
Tout ceci indépendamment des activités qu’ils exercent et des revenus qu’ils peuvent avoir.

Ces avantages sont anciens, mais le Général De GAULLE n’en a certainement pas profité (mis à part peut-être la voiture, le chauffeur et des officiers de sécurité, voire une secrétaire), le président POMPIDOU est décédé avant la fin de son mandat et le président MITTERRAND peu de temps après.

Le turn over actuel, de même que l’espérance de vie font que nous aurons de plus en plus d’anciens présidents, ce qui nous coûtera cher et pose par ailleurs un autre problème au niveau du Conseil Constitutionnel (dont les anciens présidents sont membre de droit) qui risque de compter un jour plus d’anciens présidents que de membres nommés !

Il convient donc, et le président Hollande serait bien inspiré d’agir en ce sens, de limiter ces avantages :
  • Membre du Conseil Constitutionnel pendant 9 ans maximum, comme les autres membres (profiter d’une éventuelle future révision constitutionnelle pour y introduire cette limitation)
  • Voiture avec chauffeur mis à disposition pendant un an après la fin du mandat
  • Moyens de sécurité limités et durant un an maximum, sauf impératif apprécié par le ministre de l’Intérieur.
Pour les anciens premiers ministres, le traitement serait identique (sauf la participation au Conseil constitutionnel).

S’il n’est pas élégant d’appliquer ces mesures à ceux qui en profitent actuellement, on peut tout du moins en faire « bénéficier » François HOLLANDE dès son départ de l’Elysée et Manuel VALLS au moment où il quittera Matignon.
Nos politiques auront-ils ce courage ?