ANNONCE

lundi 21 novembre 2016

François et François.

18 février 2016



L’un est pape, chef de l’Eglise catholique, dont on sait qu’elle a longtemps été, notamment en Europe, l’alliée de la bourgeoisie et du capital, conservatrice à souhait, opposée à toute révolution, et réticente à toute évolution.
L’autre est Président de la République française, socialiste, élu par une majorité de gauche.

Ce 18 février 2016, contre toute attente, le pape est un homme incarnant des idées de gauche, fidèle à ses principes, humaniste, protecteur du pauvre, de l’opprimé. Il condamne les excès du libéralisme et du capitalisme, vilipende l’économie et la recherche perpétuelle du profit, demande du cœur, de l’amour, de la fraternité, de la miséricorde.

François HOLLANDE, lui, semble avoir oublié d’où il vient et qui l’a mené où il est. Il sait incarner la voix de la France sur la scène internationale, il a su de bonne manière gérer les moments tragiques vécus par notre pays, mais il a totalement oublié les idéaux traditionnellement de gauche que sont la fraternité, la solidarité, l’entr’aide.
Sur le plan économique, il a tout raté : même s’il n’est pas responsable de tout le chômage qu’il y a dans notre pays, il n’a en tout pas réussi à en endiguer l’inexorable croissance. Il a commence par essayer bêtement d’appliquer des idées dogmatiques de gauche, sans réfléchir, et l’échec fut bien évidemment au rendez-vous. Depuis, il ne cesse de se faire embobiner par les libéraux et les patrons, et leur accorde des milliards sans contrepartie réelle.
Les propositions de modification du code du travail présentées ces jours ci notamment par Myriam EL KHOMRI en sont l’aboutissement ultime et ne sont qu’un cadeau aux actionnaires, au détriment des salariés.
Le syndicalisme de France, par ailleurs, est tellement nul qu’il n’arrivera même pas à battre en brèche ces propositions scandaleuses qui finiront pas être adoptées même si, pour épater la galerie, elles seront modifiées à la marge.

J’espère seulement pour François HOLLANDE qu’il a un bon PEA, il va fructifier si ses propositions sont adoptées.