ANNONCE

jeudi 17 novembre 2016

Contrer les lâches terroristes.

15 novembre 2015



En janvier dernier des terroristes lâches et fanatiques se sont attaqués à la liberté d’expression en assassinant l’équipe de Charlie.
Vendredi soir,  à Paris, plus de 120 personnes ont été exécutées par quelques individus rendus fous par un endoctrinement assassin.
On savait bien, en notre for intérieur, qu’un jour ou l’autre un attentat viendrait à nouveau frapper notre pays, trop isolé dans la lutte contre Daech, en l’absence de motivation suffisante des autres pays européens, mais on ne pensait pas à un tel carnage.
Ceux qui ont perpétré ces actes de négation de la vie humaine, dont certainement des Français, sont pire que des bêtes. Car les animaux tuent pour se défendre ou pour nourrir. Ces fous ont tué parce que endoctrinés, fanatisés. On leur a vidé le cerveau et, tels des robots, ils utilisent des armes trop facilement trouvées sur le marché, pour semer la mort en tuant les innocents autour d’eux.
Il faut absolument que des mesures soient prises pour contrer les endoctrineurs, où qu’ils soient, mais il faut pour cela une réelle coopération entre tous les pays, en mettant à l’index ceux qui ne coopèrent pas, même si ce n’est pas très diplomatique.
Les terroristes eux-mêmes, il faut à tout prix éviter de les tuer, comme il faut veiller à ce qu’ils ne se fassent pas exploser vivants, car pour eux le sacrifice de leur vie est la clé de l’entrée dans leur paradis.
Ils ne sont plus des êtres humains, ni même des animaux qui luttent pour leur survie, ils ne sont plus que des machines qui ne méritent que d’être capturées et enfermées nues dans des cages.

Notre gouvernement de gauche, que certains ont mis en cause de façon de façon outrancière, n’a peut-être pas pris toutes les mesures qu’il aurait fallu depuis quelques mois, croyant encore trop aux valeurs traditionnelles de la gauche, mais il ne démérite pas. D’anciens gouvernants, qui n’ont pas non plus en leur temps fait ce qu’il aurait fallu, et des personnes aspirant aux plus hautes fonctions qui, pour l’heur, ne sont que donneurs de leçon, devraient faire preuve de davantage d’humilité et de cohésion.
Notre gouvernement de gauche devra nécessairement réviser ses politiques et surtout enterrer certaines de ses illusions, comme nous-mêmes devrons admettre des restrictions de nos libertés et accepter des contraintes de contrôles et autres surveillances accrues.

N’oublions pas que, à cette heure, 129 innocents sont morts, que nombre d’autres souffrent encore, que des familles sont endeuillées, que des amis sont partis, et que ce n’est pas fini…

Soyons solidaires, soyons unis, soyons forts.