ANNONCE

jeudi 17 novembre 2016

Colère et dégoût.

7 janvier 2015



Aujourd’hui on ne peut écrire sur rien d’autre que la lâche tuerie opérée par des sauvages au siège du journal Charlie Hebdo. Des innocents sont morts. Anonymes ou connus, à l’instar de Charb, Cabu, Wolinski et Tignous dont on ne verra plus de nouveaux dessins, et de Bernard Maris dont j’appréciais les commentaires et son talent de débatteur sur France Inter le vendredi matin.
Cet ignoble attentat ne peut trouver le moindre début de justification dans les prises de position du journal, garant de la liberté de la presse qui, heureusement, existe dans notre pays.
Ces semeurs de terreur doivent être arrêtés et jugés. On ne peut pas accepter que des fanatiques utilisent des armes et des méthodes de guerre contre des civils désarmés qui n’ont rien demandé et qui, en l’occurrence, étaient des gens plutôt pacifistes et épris de liberté.
Il faut que notre Etat, par le biais de ses autorités, de sa police, de sa justice, prouve au monde entier qu’il ne se laissera pas écraser par le fanatisme et la folie.
Et qu’un grand hommage soit rendu à tous ceux qu’on nous a arrachés en ce funeste 7 janvier 2015 au 10 de la rue Nicolas Appert à Paris.