ANNONCE

lundi 21 novembre 2016

Choses entendues.

29 mars 2016



Carlos TAVARES, président de PSA a vu son salaire doubler en 2015, et aura touché à ce titre plus de 5 millions d’€uros. La gauche en général, les syndicats, critiquent cette rémunération que d’autres trouvent disproportionnée, inconvenante ou dommageable.
Bien évidemment, Pierre GATTAZ, le président du Medef n’est pas de cet avis ; pour lui « c’est la rémunération de la réussite » Carlos TAVARES ayant réussi à redresser le constructeur automobile, et ce plus vite que prévu.
Je trouve normal que dans ces conditions le président de PSA voie sa rémunération augmenter de façon significative. Mais il ne faut surtout pas oublier que ce redressement n’est dû qu’à lui seul. L’ensemble des salariés du groupe, chacun à sa place, et en fonction de ses possibilités et moyens, a contribué à ce redressement.
Par conséquent chaque salarié devrait, à hauteur de sa contribution, tirer bénéfice de cette évolution.
Il est quand même bizarre qu’en période de vaches maigres on sache toucher aux avantages salariaux de l’ensemble du personnel, ne serait-ce qu’on supprimant les hausses de salaire et que, en période bénéfique, on oublie totalement d’en faire profiter 95 % des salariés !!

Corinne DEPAGNE est pneumologue, mère de famille. Son fils fréquente le Lycée Saint Exupéry à Lyon. Madame DEPAGNE a décidé de porter plainte contre l’Education nationale et le rectorat de Lyon parce que, depuis l’instauration de l’état d’urgence, des proviseurs ont autorisé leurs élèves à fumer dans l’enceinte de l’établissement scolaire (mais en extérieur tout de même), dans le seul but d’éviter que ces élèves ne s’agglutinent sur le trottoir devant l’établissement, comme ils le faisaient jusque là pour fumer leur cigarette.
Madame DEPAGNE a déclaré notamment : « On empêche nos enfants de se faire tuer devant les lycées et on les laisse se faire tuer à petit feu à l’intérieur ? »

Pour une fois que des fonctionnaires n’ont pas appliqué bêtement et férocement le règlement, et qu’ils ont réagi humainement et intelligemment à une situation exceptionnelle, je ne peux que leur apporter mon total soutien.
Désolé, Madame DEPAGNE, mais vous êtes à côté de la plaque.