ANNONCE

jeudi 25 octobre 2012

Il faut défendre le soldat AYRAULT.

De toutes parts les attaques fusent contre le premier ministre Jean Marc AYRAULT ou les membres de son gouvernement, sous prétexte de cacophonie, d’inexpérience, d’amateurisme, etc…


Qu’un certain nombre de ministres manquent d’expérience est un fait, et c’est très heureux, car cela prouve que l’alternance permet un renouvellement du personnel politique. Tous les membres du gouvernement n’ont certes pas les mêmes qualités et les uns seront, plus tard, qualifiés d’excellents ministres alors que, pour les autres, on ne se rappellera même plus de leur passage au gouvernement, mais il en a toujours été ainsi.

Les « gaffes » en matière de communication notamment, sont donc tout-à-fait légitimes dans une équipe qui prend encore ses marques, et ce dans une situation plus que déplorables sur le plan économique, où tous les citoyens réclament tout et son contraire, où les contraintes internationales sont fortes, où l’espoir mis en eux a été extrêmement important.

Mais les réalités sont ce qu’elles sont, et il faut faire avec.

Une autre cause de ces cafouillages tient aussi au fait que le premier ministre et les membres de son gouvernement assument leur rôle dans l’esprit de la constitution de la Vème République, et non sous le joug autoritaire d’un hyper-président et de ses communicants comme c’était le cas sous le septennat précédent où personne n’osait émettre un avis sans l’aval du Château !

Le gouvernement travaille, c’est ce qu’on lui demande.

Le candidat HOLLANDE avait fait des promesses dont certaines seront appliquées, d’autres non, et c’est légitime car les réalités imposent parfois de changer d’avis ou de direction. Ce que le président et son gouvernement doivent faire, c’est agir en respectant l’idée générale de leur programme, dans l’intérêt du pays et de ses habitants.

Permettons-leur de travailler quelques mois et ainsi de faire leurs preuves avant de les abreuver de critiques.