ANNONCE

lundi 10 janvier 2011

Le sacrifice d’Antoine de LEOCOUR et Vincent DELORY.

Ce week-end a été marqué par la mort de ces deux jeunes Français, pris en otage au Niger, a priori par des terroristes de la mouvance Al Qaïda.
Comme pour pratiquement toutes les victimes des actes terroristes aveugles qui ravissent des vies de par le monde, la seule raison de leur décès est d’avoir été, à un moment donné, où il ne fallait pas être.

C’est un véritable gâchis eu égard à l’âge des victimes, c’est une destinée terrible pour leurs parents et amis.

L’Etat français a décidé d’intercepter les ravisseurs, prenant en ce faisant le risque quasi certain de sacrifier nos deux jeunes compatriotes. Il faut saluer le ministre de la défense Alain JUPPE lorsqu’il dit « assumer pleinement » la décision prise, l’intervention sur le terrain et ses tragiques conséquences.

Le 25 juillet dernier déjà, une intervention militaire destinée à libérer l’otage français Michel GERMANEAU s’était soldée par la mort de l’intéressé.

De plus, la réaction française au Niger a très certainement « fâché » ces terroristes qui risquent, par représailles, de se venger sur d’autres Français encore détenus par eux ou leurs affidés.

La décision qui a été prise d’attaquer les terroristes doit être saluée car elle n’a pas due être facile à prendre, mais il faut effectivement montrer aux auteurs de ces enlèvements que notre détermination est totale. C’est le seul moyen de les forcer à arrêter leurs actions. Le prix à payer pour y arriver, c’est la mort tragique d’Antoine, de Vincent, de Michel, et peut-être encore d’autres, à venir.

Mais seules la fermeté et le courage viendront à bout de la lâcheté.