ANNONCE

jeudi 4 novembre 2010

L’éloignement des politiques.

On entend dire souvent que les femmes et les hommes politiques ne sont pas assez proches des citoyens. Ce qui était vrai il y a quelques années se renforce encore davantage tous les jours, à cause du Président de la République d’une part, mais à cause aussi d’une grande partie du personnel politique, grisée par le pouvoir, ou alors prête à tout pour conserver un mandat, voire en proie à des conseillers doux rêveurs, eux-mêmes complètement déconnectés de la vie réelle.

Le Président de la République, avocat de formation, qui joue avec les textes législatifs, interprète à sa façon la constitution, oublie les engagements internationaux pris par ses prédécesseurs, etc… et en arrive à éloigner ses concitoyens de la vie politique. Les Français qui sont confrontés tous les jours à leurs problématiques diverses et variées sont consternés de voir la comédie qui se joue en haut lieu pour investir les meubles de Matignon, depuis qu’a été annoncé un remaniement sans cesse repoussé. Il y a déjà tant de dégâts au niveau des cadres, dans certaines entreprises où les dirigeants s’amusent à les opposer les uns aux autres, à les mettre en concurrence, à exacerber leurs rivalités….Méthode appliquée par Nicolas SARKOZY à ses ministres.

Les députés, contraints et forcés de revoir leur régime de retraite extraordinaire ont accepté, dépités, de le rogner de 30 % . Dorénavant, pour cinq ans de mandat, ils n’auront plus droit qu’à une retraite de 1 200 €uros par mois au lieu de 1 500 € . Dans quelle profession bénéficie-t-on de ce taux de conversion ? Et peut-on savoir combien de députés « exercent » en même temps que leur mandat une autre profession ? Combien d’anciens députés se retrouvent sans emploi à l’issue de leur mandat ? En plus ils osent mettre en avant la précarité de leur situation ! Et tous ces salariés en CDD, en stage, au chômage, et même en CDI dans des entreprises où l’emploi n’est pas garanti davantage qu’à l’Assemblée Nationale. Il ne faut pas non plus que nos chers députés oublient que leur éventuelle non réélection peut être due à leur action (ou leur inaction) au Parlement !


La mésaventure arrivée à notre ministre de l’Economie Christine LAGARDE, concernant ses bijoux enlevés d’une photographie, probablement pour faire moins bling bling, initiative due certainement à des conseillers en image ou coach de je ne sais quoi donne également une piètre image de la sincérité en politique…
Quant à Bernard TAPIE qui se fait voler pour 500 000 €uros d’argenterie et bibelots divers, on se dit « Tiens, Robin des Bois est revenu ? Non, c’est plutôt Mandrin »…