ANNONCE

mardi 14 septembre 2010

Un peu de pudeur s’il vous plait.

Hier, à Marcq-en-Baroeul, sa famille et ses amis célébraient, dans la douleur et la souffrance, les obsèques de Natacha MOUGEL, assassinée à 29 ans, le 5 septembre dernier alors qu’elle faisait son jogging, uniquement parce qu’elle a croisé la route d’un pervers de 39 ans, qui avait été condamné pour viol en 2006 et se trouvait depuis 2009 en liberté conditionnelle.
Deux ministres, et non des moindres, ont assisté à ces funérailles, celui de l’Intérieur, Brice HORTEFEUX, et la Garde des Sceaux, Michèle ALLIOT-MARIE. Pourquoi se sont-ils déplacés, si ce n’est pour aller « sur le terrain », et montrer au Président SARKOZY qui réfléchit à son remaniement futur qu’ils sont actifs et près des gens ?
Car s’ils voulaient soutenir cette famille dans la peine, un appel téléphonique ou une entrevue discrète auraient été bien plus réconfortants. Ils ont même eu de la chance de ne pas avoir été mal accueillis…. Imagine-t-on un médecin assister aux obsèques de ses patients décédés ? Car enfin, même s’il n’y a pas eu de faille dans le suivi post-carcéral du présumé meurtrier, les patrons de la police et de la justice de ce pays restent responsables de ce qui est arrivé à cette pauvre jeune femme. A peine trois ans de prison pour un viol, alors que la condamnation était de 10 ans, ce ne devrait pas être admissible. Et on en revient toujours au même problème : à quoi sert de voter de nouvelles lois si celles existantes ne sont pas appliquées ?
Question subsidiaire à Brice HORTEFEUX : si la victime avait fait partie de la communauté des gens du voyage ou des Roms, seriez-vous allé à ses funérailles ?