ANNONCE

jeudi 16 septembre 2010

Le mépris.

Le mépris est un « sentiment par lequel on considère quelque chose ou quelqu’un comme indigne d’estime ou d’intérêt ».
Par exemple, les Bleus, pendant la dernière coupe du monde, ont fait preuve de mépris par rapport à leurs supporters français, préférant soigner leur ego personnel que de leur offrir un spectacle digne de ce nom, pour lequel ils paient des abonnements et des billets d’entrée dans les stades toute l’année.
Autre exemple, Nicolas SARKOZY, roi du mépris, et auquel de nombreuses personnes politiques de sa majorité emboîtent le pas.
Mépris à l’égard des Roms qui sont considérés comme des citoyens de seconde zone.
Mépris à l’égard de la commissaire européenne Viviane REDING, surnommée péjorativement « la commissaire du Luxembourg » dans les palais nationaux, alors justement qu’en entrant dans la Commission, les commissaires sont invités à faire abstraction de leur pays d’origine pour se consacrer exclusivement à l’Union Européenne, ce que souvent les commissaires des petits pays font mieux que ceux qui sont désignés par la France. Merci tout de même à Michel BARNIER d’avoir soutenu sa collègue dans son bras de fer avec Paris.

Une « erreur », que l’on peut soupçonner d’avoir été volontaire, avait été faite dans la rédaction de la première circulaire sur les évacuations des campements illicites en citant nommément et exclusivement les Roms (politique soit dit en passant clairement approuvée par le futur ex secrétaire général de l’UMP qui ne doit pas toujours comprendre ce qu’il dit….). Il eut suffit de reconnaître son erreur et de la corriger, plutôt que de traiter avec un mépris inconvenant ceux qui ont osé rappeler ses devoirs en matière de droits de l’Homme à la France.
Il est d’ailleurs curieux que lors d’un dîner « privé » mardi soir, les dirigeants du PPE, qui regroupe les parlementaires de droite de l’Assemblée de Strasbourg, dont l’UMP, aient apporté leur soutien à Viviane REDING, alors qu’en France ils la traitent, pour certains pis que pendre. Hypocrisie, quand tu nous tiens….

Pourvu qu’en 2012 nous ayons des candidats sincères et respectueux afin que nous puissions élire, de gaieté de cœur, un nouveau et bon Président pour notre pays.