ANNONCE

samedi 12 juin 2010

Jusqu’où la rupture selon Nicolas SARKOZY ne va pas.

Il est des domaines où la volonté de rupture affichée en son temps par le candidat SARKOZY ne va pas à son terme.
Un exemple navrant en a été la Françafrique, qui a d’ailleurs coûté au malheureux Jean Marie BOCKEL son premier maroquin.
Le second exemple, révélateur de la personnalité du Président et de ses travers, est la presse.
• Augustin SCALBERT, journaliste à Rue 89, qui avait diffusé une vidéo off de Nicolas SARKOZY, avant une interview à France 3, où il était très naturel, c’est-à-dire blessant vis-à-vis d’un technicien et même du journaliste Gérard LECLERC, est mis en examen suite à une plaine de France 3 pour recel, vol et contre façon ;
• Eric FOTTORINO, le patron du « Monde », journal en cours de recapitalisation, a été convoqué à l’Elysée et (mal) reçu par le Président car des personnes qui ne sont pas en état de grâce à l’Elysée ont manifesté leur intérêt pour ce journal, ce qui visiblement ne plaît pas au futur candidat Sarkozy ;
• L’Elysée, toujours planche actuellement sur la succession de Jérôme CLEMENT à la tête de la chaîne franco-allemande ARTE, et surtout de Patrick de CAROLIS à la direction de France Télévision.
Quand donc dans ce pays les médias pourront-ils être vraiment et totalement indépendants ? Il est vrai que si Nicolas s’inspire de son collègue Sylvio, on n’y est pas encore….