ANNONCE

mercredi 21 octobre 2009

J’ai mal à ma France.

Malgré que la peine de mort ait été abolie en France en 1981, par un Président socialiste, un ministre, ancien socialiste, a renvoyé dans leur pays trois Afghans immigrés clandestins en France. Il est précisé qu’ils sont « adultes de sexe masculin », comme ci c’était là une garantie, et « originaires de Kaboul…dans une région où il n’y a pas de risque pour leur intégrité physique ».
Je ne savais pas que Monsieur Eric BESSON était en relations étroites avec les divers états-majors des forces en présence dans cette guerre qui sévit en Afghanistan, pour savoir où, dans ce pays, il y avait danger et où règnerait la sécurité.

Je regrette que la France n’honore plus sa réputation de terre d’accueil et d’asile.
Je déplore qu’on expulse ainsi des étrangers dont on se satisfait de ne regarder que la situation irrégulière sans tenir compte de la détresse dans laquelle ils peuvent être.
J’ai honte que la France envoie dans un pays en guerre des êtres humains – car il s’agit d’êtres humains -, surtout que ces personnes avaient justement quitté ce pays pour chercher ailleurs la sécurité et une vie en paix.

J’espère, Monsieur BESSON, que si un seul de ces trois Afghans devait périr du fait du retour dans son pays, vous aurez l’humilité de reconnaître votre très grande faute et de vous retirer de toute vie publique.