ANNONCE

mercredi 30 septembre 2009

Opinion sur la presse en France.

Récemment, la presse étrangère s’est fait l’écho de « manipulations » lors de déplacements de Luc CHATEL dans une grande surface de Villeneuve le Roi (voir ci-dessous à la date du 19 août 2009) où des salariées avaient joué le rôle de consommatrices, et de Nicolas SARKOZY dans l’Orne (voir ci-dessous à la date du 7 septembre 2009) où étaient sélectionnées pour apparaître sur la photo, aux côtés du Président, les personnes plus petites que lui.
Par la force des choses, la presse française en a donc parlé également.

A propos de ces manipulations, le quotidien belge « Le Soir » écrivait :

« Ces dérives sont loin d’être anecdotiques. Elles ne discréditent pas seulement la fonction politique, mais aussi les méthodes journalistiques. Car ce n’est peut-être pas un hasard si c’est la presse étrangère qui a levé ce nouveau lièvre….La presse politique française, embarquée toute l’année dans la caravane présidentielle ou dans celle des principaux adversaires de la majorité, est souvent pointée du doigt pour sa trop grande proximité avec le pouvoir. »

Pêle-mêle, des idées ou impressions qui abondent dans ce sens :
Ø Le nombre de couples qui se forment entre homme politique et journaliste,
Ø Le fait que le Président choisit (voire impose) les journalistes qui vont l’interviewer,
Ø Les rapports entre journalistes et hommes de pouvoir (voir l’affaire Noir/Botton),
Ø La proximité entre le pouvoir et les grands magnats de la presse (Hersant, Dassault, Bouygues, Bolloré),
Ø La non divulgation d’informations connues de journalistes, etc…

Tout ceci donne à réfléchir quand on a entre les mains le dernier numéro du Figaro, de Valeurs Actuelles, ou quand on écoute sagement les informations de TF1.