ANNONCE

jeudi 20 août 2009

Mon vieux.

« Dire que j'ai passé des années a côté de lui sans le regarderOn a à peine ouvert les yeux, nous deuxJ'aurais pu, c'était pas malin faire avec lui un bout de cheminCa l'aurait peut être rendu heureux, mon vieux »

Ces paroles que chante Daniel GUICHARD, je les dédie à mon père, qui a 78 ans aujourd’hui.
Il m’a fait, et il a, toute sa vie, fait ce qu’il pouvait, avec ses moyens, pour que je puisse faire des études puis m’installer.
Mais il n’a jamais été un père pour moi.
Etait-ce dû à l’éducation rigoureuse qu’il avait reçue, et qu’il reproduisait ? Je me rappelle davantage des coups de ceinture que des baisers reçus.
Jamais nous n’avons eu de discussion d’homme à homme. De toutes façons, il y a cinquante ans, dans les campagnes, « on ne parlait pas de ces choses là », on n’avait pas d’états d’âme. On naissait, on grandissait tant bien que mal, on travaillait, on fondait une famille……

Maintenant qu’il est vieux et affaibli, que je le vois décliner de mois en mois, que s’approche le moment où il partira définitivement, je regrette que nous n’ayons su communiquer. Et je ne me sens pas encore en mesure d’instaurer de tels échanges .

Mon seul espoir aujourd’hui est que mes enfants auront un meilleur jugement vis-à-vis de leur père, mais je ne sais pas si je le mérite.
Car mon père, avec son éducation, son passé, ses moyens, ne m’a peut-être pas donné tout ce que j’aurais pu en attendre, mais il m’a donné tout ce qu’il pouvait, en fonction de ses moyens.
Est-ce que je transmets le maximum à mes enfants, au vu des moyens dont je dispose ?

Bon anniversaire, papa, et MERCI.